Lettre au Président

Monsieur le Président,
Qualifié pour le second tour des municipales à Nice, je souhaite vous interpeller, car vous avez su parfois changer d’avis.
Lorsqu’au moins 85% des personnes qui rencontrent un virus guérissent sans traitement ou n’ont aucun symptôme, le problème principal n’est-il pas l’état de santé initial de la personne ?
Travailler sur les traitements, la disponibilité de masques et de tests fiables de dépistage, oui. Mais les moyens les plus efficaces pour stopper et prévenir toute crise sanitaire sont l’éducation à la santé et l’élaboration d’une société qui crée les conditions de la santé et non les conditions de la maladie. Un confinement ciblé sur les personnes à risques, déjà parfaitement pré-identifiées, aurait évité les conséquences sanitaires et humaines néfastes du confinement généralisé, aurait préservé les entreprises, donc les emplois et aurait permis les activités physiques indispensables à la santé.
Vous voulez “réinventer le monde”, bien. Tirez donc les conséquences des causes des décès du Covid-19 : selon vos services, 83% des personnes décédées étaient en surpoids et/ou malades avant de subir le Covid-19. Or, la « malbouffe » tue au moins 100 000 personnes par an en France, selon les chiffres de votre Ministère de la santé.
Au lieu d’interdire le sport, y imposer la distanciation sociale et/ou le port du masque. Car quel problème pose celui qui court seul ou fait du vélo seul ?
Vous dites qu’on ne sortira vraiment du confinement qu’avec le vaccin ! Une bonne santé, meilleure barrière aux virus comme le prouvent les faits, peut arriver avant le vaccin !
Vous avez été capable du jour au lendemain de terrasser notre économie et des millions d’emplois pour lutter contre un virus qui s’en prend surtout aux personnes victimes de « malbouffe » :
Ne devrait-on pas interdire à partir du 11 mai les plats cuisinés industriellement, les boissons sucrées et tout produit alimentaire nocif pour la santé, ainsi qu’introduire une option végétarienne quotidienne dans toute la restauration française ?
Vous voulez protéger les Françaises et les Français ? Je vous demande de financer les adaptations de moteur thermique en moteur non émissif de Co2 et microparticules, à partir du 1er janvier 2021 puisque la mauvaise qualité de l’air tue 50 000 personnes par an en France ; d’organiser notre agriculture pour qu’au terme de votre mandat, elle n’impacte plus le climat et la santé.
J’ose espérer que vous tirerez les conséquences des 70 000 morts annuels liés au tabagisme actif et passif dans notre pays, au regard des défiances respiratoires que ces produits génèrent et de leur impact en cas d’infection virale, telle que le Covid-19. La santé des Français est « votre priorité absolue », vous pouvez le confirmer.
Le meilleur gestionnaire de France que je suis, vous assure que les mesures que je vous propose sont beaucoup moins coûteuses que vos dernières décisions.
Respectueusement,
Jean Marc Governatori,
Auteur de 14 ouvrages sur un projet de société écologiste, Délégué végétarien de liste de Yannick Jadot aux européennes 2019 et Détenteur du Trophée de l’Emploi.

Articles récents

au_autre_monde_est_possible
livres

Un autre monde est possible, indispensable

L’auteur explique ici ses “4 solutions à la Crise”. Nombreux sont ceux qui apparaissent insensibles ou dépités devant ces impasses financières et écologiques qui concerneront

les_4_solutions_a_la_crise_1
livres

Les 4 solutions à la crise

Notre planète, notre continent, notre pays, notre espèce vivent une Crise hors norme. Elle est alimentaire, climatique, écologique, économique, énergétique, démocratique, financière, intellectuelle, politique, relationnelle,

Présentation

Jean Marc en chiffres

Né le 28 décembre 1958 à Nice (06) 
Chef d’entreprise pendant 19 ans
2 fois meilleur gestionnaire de France  
20 ans d’engagement dans la vie associative 
Auteur de 14 livres sur l’écologie et le bien-être
19,5% : Meilleur score de France en liste 100% écolo aux élections municipales 2020

Citation d'actualité de Jean Marc

Le Corona a déjà tué des milliers de personnes à la santé fragile. Par conséquent, la priorité absolue doit porter sur le renforcement de notre système immunitaire, via : • l'amélioration de la qualité et de la quantité du bol alimentaire ; • l'arrêt de la consommation de cigarettes, de drogues, d’alcool, causes systématiques de maladies et de mortalité prématurée ; • des séjours, au minima de quelques heures par semaine, dans des lieux naturels arborés, plutôt que parmi les voitures ; • la pratique d’une activité physique quotidienne. Une priorité qui nécessite que les politiques remplacent la communication démagogique par une communication pédagogique.