Réhabiliter l’Ecologie dans sa pleine dimension

Imprimer

Notre société nous a  programmé pour fonctionner sur un système binaire. Il empêche notre bien-être.

Les mouvements politiques sont tous, hormis l’Alliance Ecologiste Indépendante, construits sur ce registre anti droite ou anti gauche.

Quelle est la cause fondamentale de tous les problèmes ? C’est l’idée de séparation.

Soit on choisit de cultiver l’esprit de fraternité, soit on choisit l’esprit de séparativité. En fait, cette idée se nourrit de notre égoïsme. Séparation entre l’humain et la nature ; séparation entre l’homme et la femme,entre les enfants et les parents, entre les religions, entre le management et les employés, entre les peuples et les gouvernants…. Quand il y a séparation, vous pouvez vous attendre à des problèmes.  Ce principe contribue à la dépense mensuelle mondiale militaire de 100 milliards de dollars. Avec une partie de cette somme, les problèmes de faim et d’eaux deviennent de mauvais souvenirs… Un grand nombre de gens souffrent de séparation. Et quand cette souffrance devient pénible, le pas vers une drogue ou la violence est vite fait.

Bref, la conjonction « et » est souvent préférable à la conjonction « ou ».

Certains ne veulent que du « conventionnel », d’autres du « non conventionnel ». Untel ne jure que par la médecine chimique (conventionnelle), l’autre ne voit que par la naturopathie (non conventionnelle). C’est pareil dans le domaine des énergies, de l’agriculture… C’est une erreur de fond.

Le mariage des deux est souvent la solution. L’utilisation exceptionnelle d’un produit chimique en agriculture, en raison d’un parasite spécifique, est envisageable. Mais une politique agricole digne, repose d’abord sur une agriculture sans pesticide, ni engrais chimique, ni OGM. Elle sacralise la semence.

Cesser les combats n’interdit pas de dépasser les situations sclérosantes.

L’humanité a connu de vrais progrès par le dépassement du « conventionnel » grâce, par exemple, à Hippocrate, Léonard de Vinci, Vesale, Martin Luther King ou certains écologistes et thérapeutes. Christophe Colomb,  Copernic, Galilée, Champollion et beaucoup d’inconnus furent considérés comme hérétiques parce qu’ils affirmaient des vérités contraires à la pensée ambiante d’une époque donnée. Sortir de l’intégrisme sectaire est la première étape que devraient franchir les penseurs de toutes catégories.

De plus en plus de spécialistes estiment que la coopération entre organismes a été sous-estimée dans la théorie de l’évolution, dominée par une interprétation du darwinisme, trop axée sur la compétition.

Comprendre l’Ecologie c’est comprendre que tout ce qui vit dépend de tout ce qui vit : nous dépendons de la santé, de l’animal et du végétal. Tout est lié. Pas de bonne politique économique sans bonne politique d’éducation. En effet, sans autonomie, les comportements des uns et des autres pèsent trop sur les comptes publics. La relance de l’autonomie est beaucoup plus efficace que la relance de l’économie. De même sans politique de Santé, la maladie sabote les financements (200 milliards d’euros en 2009 en France). Mais pas de bonne politique de Santé sans politique agricole ! L’alimentation bio est vitale ! Il est temps qu’on comprenne ce qu’est l’Ecologie.

Voici ses différentes facettes :

L’écologie démocratique (non cumul des mandats, reconnaissance du vote blanc, Conseil de veille citoyenne, Conseil des Seniors, Conseil des Jeunes, référendum d’initiative populaire, formation des citoyens, remise en cause de l’Ena…).

L’écologie démocratique c’est aussi des politiciens qui reviennent dans la réalité.

L’écologie économique commence par une saine utilisation des fonds publics.

Elle promeut la coopération, l’économie verte, la proximité, la ruralité, les petites entreprises et l’artisanat… Elle respecte l’Animal, l’Humain, le Végétal. Elle aide toutes ces petites associations qui oeuvrent pour préserver les entreprises de proximité, les alternatives et le Vivant (l'air, l'eau, les terres, les forêts, les animaux...). Elles nécessitent quelques euros, une aide juridique, du secrétariat et elles deviennent ainsi efficaces et motivées pour l'intérêt général. Elle permet une activité dignement rémunérée à qui cherche un emploi et le responsabilise. Elle soutient les microprojets avec des microcrédits. Elle préserve les services publics.

L’écologie extérieure se réalise par une politique agricole et une politique énergétique compatibles avec le bien-être durable : une agriculture 100% bio, des petites exploitations agricoles, ventes directes…mais aussi la coopération de toutes les médecines ! La sécurité énergétique s’appuie sur la diversité (utiliser toutes les énergies renouvelables locales), l’efficacité (essentiellement par l’isolation mais aussi par une politique de proximité) et la sobriété permise par l’éducation à l’économie.

L’écologie sociale c’est un système qui permette aux petits revenus de vivre dignement et s’épanouir. C’est les seniors qu’on respecte. C’est la personne qui subit un handicap physique ou mental pour laquelle l’organisation de notre société contribue au bien être. Le plus petit revenu a un habitat acceptable, mange sainement à sa faim sans mendier, a accès aux soins et au Droit. C’est un logement décent accessible à tous. C’est une société où la sécurité dépasse le monopole des beaux quartiers. C’est des prisons vivables et éducatives.

L’écologie intérieure est le préalable à tout. L’éducation, l’information, l’instruction,la formation sont les clés de tous les défis rencontrés : éducation au savoir-être, éthique, respect, responsabilité, relations humaines, santé axée sur la prévention …

Une politique écologique est une politique globale qui agit d’abord sur les causes.

Mis à jour ( Jeudi, 04 Février 2010 18:34 )